Nicole Rengade. Auteure de l’arrière pays varois, elle écrit comme elle aime ses jardins. Un mélange d’amour, de poésie, d’enfance, d’amitié. Que du bonheur!

IMG_6157

Les souvenirs sont-ils des mirages ?

de Nicole Rengade

(extrait)


Assise sur le vieux banc, appuyée contre le mur de pierres sèches, Marie laisse venir à elle les souvenirs qui ont fait sa vie.

Elle aime guetter cet instant indéfinissable, ce bref répit qui se produit en fin de journée ; Une douce respiration, celle d’un enfant endormi, souriant dans son sommeil.

Tempête, pluie, grêle, guerres et bourrasques suspendent leur fureur, l’univers s’octroie une trêve, son grand corps s’étire, s’alanguit ; Instant bref et magique pour celui qui sait le percevoir.

Enveloppée dans un grand châle Marie attend ce moment, elle le sait fidèle, éphémère, rassurant.

Quand elle sent sur son visage sa douce caresse, elle ferme les yeux, se love dans son silence et se laisse bercer. Pèle–mêle les souvenirs affluent, elle les laisse investir son présent sans se défendre.

Seule une voix l’accompagne dans ce long cheminement avec elle-même, cette voix sans visage, douce et ferme à la fois l’oblige à ne pas éluder les questions qui ne trouveraient pas de réponse.

« Marie ! Il a été long le chemin qui mène à la sérénité !

- Les iris ont fleuri, tous ensemble pour une fois.

- J’avais une robe à bretelles croisées dans le dos…En coton imprimé…Un tableau de Monet…Non …De Van Gogh…Qu’importe ! J’étais bronzée…C’est si attirant une peau que le soleil a caressée.

- Marie ! Tu avais vingt ans !

-Ca sonne bien !

Il va falloir tailler les spirées, elles sont défleuries.

Ma robe est froissée, mon épaule porte les marques d’une griffe, dans les hautes herbes bousculées, son grand corps est allongé.

-C’était bon.

-Oui … »

-Il est satisfait, plus tard j’apprendrai qu’ils le sont toujours.

-Marie, pourquoi avoir dit oui ?

-Qu’est-ce qu’un non aurait changé ? Lui ou un autre il fallait que ça arrive, je voulais perdre mes vingt ans, C’était mon premier homme, je ne le reverrais plus. 


semis de bonheur

"Semis de bonheur",

album de poésies illustrées de photos du jardin de la "Campagne ste Marie"

Prix: 28euros expédition gratuite

- Dis pourquoi les toits sont rouges ici ?

de Nicole Rengade

aux éditions Riqueti

(extrait)

Je m'appelle Antoine, j'ai sept ans et demi. Je suis petit pour mon âge, pour m'embêter on m'appelle "Bout d'zan". J'aime pas être un morceau de quelque chose, on le fait quand même, ça m'énerve et je cogne ; enfin, j'essaie. Les petits ça court plus vite que les grands, quand ça tourne mal je me sauve.

Je viens d'arriver chez mon oncle et sa femme, J'ai fait un grand voyage pour arriver jusqu'ici.

Avant, je vivais avec ma Jeanne dans une belle maison, j'avais même une chambre pour moi tout seul.

Un jour, une dame bien habillée est venue, elle sentait bon, elle serrait un cartable contre elle. Les gens du village sont sortis pour la voir, c'est normal, quand il se passe quelque chose on en parle à la veillée. Ici tout le monde se connait. C'est pas toujours pratique pour faire des choses défendues.

- Vous êtes madame Jeanne ? Et je pense que c'est Antoine ?

- Veux-tu aller un moment dehors, nous avons à parler.

J'ai entendu la petite cloche, celle qui sonne dans ma tête quand il y un danger qui rôde. Je me suis caché sous la fenêtre. mes oreilles ont attrapé des mots : " oncle - tante - famille - argent - études - Il le faut". Puis, un grand silence et mon nom, le vrai : ANTOINE ! J'ai fait semblant d'être essoufflé ; j'ai vu les yeux rouges de ma Jeanne ; j'ai mis mes bras autour de sa taille, pas tout autour, ils sont trop courts.

-" Antoine ! tu es un grand garçon maintenant "

Pourquoi elle disait ça la dame ? Elle mentait. J'avais pas grandi ! Je sentais qu'il valait mieux pas à ce moment là.

A suivre...